Aller au contenu →

Evangelion

Un genou sur le sol
frôler l’herbe nouvelle
essuyant la rosée

Au rayon de soleil
qui conjugue l’action
se relever sans bruit

Écouter ce silence
sourdissant des forêts
qui invite à l’envol

Attendre encore un peu
que la sève remonte
et que la larme indique

Devenir arbre et pierre
aussi léger qu’une tombe
aussi lourd que l’air

Et se mettre en mouvement
prenant de la vitesse
pour ne plus distinguer

Seulement fendre le monde
jusqu’aux cœurs vibrants

Te revoir un instant.

Publié dans Poèmes

Les commentaires sont fermés.