Aller au contenu →

Killing Zoé

Je vaque en interlope
Sur la scène éclairée
Des senteurs de cumin
Enivrent la soirée.
Quand soudain, elle m’étreint
Prête à s’en emparer
Et moi, désemparé
Je craque pour un baiser.

Gimme gimme gimme a kiss.

Publié dans Poèmes

Un commentaire

  1. jonathan livingstone

    Il était là, perdu, ému
    dans la lumière.
    Elle était là, appel vibrant
    à l’adultère.
    Elle s’approcha, pulpeuse
    sussurante
    et quelque chose en lui grandit.
    Sa main sur sa cuisse,
    ses lèvres près de lui
    et quelque chose en lui grossit.
    Ce gonflement, cette turgescence,
    c’était le trac, bien sûr.
    A quoi pensiez-vous?
    Être sur scène, de toute façon,
    ça vous coupe tout

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks et les pingbacks sont ouverts.