Aller au contenu →

La symphonie urbaine d’Arevako (4/9)

A l’occasion du Printemps des poètes, retrouvez chaque jour et jusqu’au 12 mars, le début d’un poème faisant résonner le chant des villes. Chacun d’entre vous peut le compléter avec ses propres mots, en suivant le même rythme ou en changeant de tempo. C’est parti :


Ligne 8

Se croiser, se frôler
Regarder furtivement
On espère, on galère
Et un pas en avant.
On s’énerve, on se tait
On est seul, on s’aime et
On écoute Souchon…


(A vous de continuer en ajoutant un commentaire…)

Publié dans Poèmes

Les commentaires sont fermés.