Aller au contenu →

Les bryophytes

Pour Gérard,

Fixer l’humidité sur les sporanges des bryophytes. Oublier que la pierre qu’ils ont pris pour demeure sert à couvrir les morts. Le soleil se rappelle au son d’applaudissements qui brisent le silence. Ils tournent un film à une division de là. Le film d’un enterrement qui finirait joyeux. Nous ne sommes pas jaloux. Car son sourire inonde. Le sporange, la pierre, le soleil, notre nostalgie tenace d’une enfance qui réchauffe. Nous sommes ensemble.

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *