Aller au contenu →

Credo (41) : les buissons ardents

Je serai celui qui serai. Sans espace, sans temps, et qui ne perd plus. Qui efface les lignes pour mieux les réchauffer. Pour mieux te dire, tout bas, de retenir cette larme. La conserver pour d’autres qui auront soif demain. Tu enlèveras le sel, qu’ils ne deviennent fous. À ma rencontre.

Publié dans Credo