Aller au contenu →

Le lézard vert

S’enfoncer en forêt
attendre
le voir surgir

Ne
plus
bouger
un cil

On s’observe
sang chaud contre sang froid
durant mille secondes

Pour prendre l’avantage
on lance dans un regard
– Viens, viens, prouve moi.

Mais plus très certain
de notre puissance

Mais plus très certain
de notre conquête

On cède d’un premier pas
avant qu’il ne décampe.

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *