Aller au contenu →

L’invention du poème (19)

Laisser ses mots en jachère. Pour qu’ils reprennent des forces et s’adaptent à la terre qui vient d’être changée. Qu’ils puissent nous étonner par une vitalité dont nous sommes incapables. D’une respiration, d’une rencontre nouvelle, reprendre le chemin de l’infime aventure qui pousse notre épopée.

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *