Aller au contenu →

L’invention du poème (21) : Nei gong

Des poème comme des flèches. Pour mieux percer à jour l’intérieur de soi. L’arme d’une alchimie qui caresse d’un sourire, d’une note pour rassembler le monde.

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *