Aller au contenu →

Peur panique

En arrivant au guichet, il se figea.
Le client précédent avait placé un bouchon aux deux extrêmités du stylo à bille.
Boris senti une goutte de sueur perler sur son front.

Et si il se trompait ?

Publié dans Microfictions

Un commentaire

  1. jonathan livingstone

    Boris sua des perles pétrolées
    Sous ses bras, des auréoles noires
    Sa peur faisait tache d’encre
    Et s’il se trompait?
    Et s’il tenait la vie du mauvais bout?
    Boris choisit le capuchon noir
    Gagné! La mine était de ce côté!
    Boris, tant qu’il y était,
    Enleva l’autre capuchon,
    Et trouva une autre pointe.
    « Ma vie est un champ de mines »,
    Maugréa Boris, qui avait de l’esprit

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks et les pingbacks sont ouverts.