Skip to content →

Catégorie : Écritures numériques

Une boite à poèmes sous Arduino

Un grand merci à la médiathèque Louis Aragon de Fontenay-sous-bois pour la belle rencontre du 25 mars dernier en compagnie de Xavier Gayan, Charles Pennequin et de Souleymane Diamanka. Et pour la conception d’une ingénieuse « Machine à poèmes » à base d’une carte Arduino et d’une petite imprimante thermique qui délivre certains de mes poèmes à la place de tickets de caisse. Que ceux qui cherchent des outils pour faire la révolution lèvent le doigt ! Pour faire la votre, suivez le guide > http://blog.animtic.fr/2016/08/boite-a-histoires-v1/

 

Leave a Comment

Le Yoga des enfants de Pomme d’Api

Découvrez « Le Yoga des enfants » de Pomme d’Api. Une série de 26×3′, réalisée avec l’équipe du Studio Bayam (www.bayam.tv) qui propose aux enfants (et à leurs parents) quelques poses de yoga faciles et apaisantes.

Leave a Comment

Vases communicants : Angèle Casanova, invitée du site

Pour ces Vases communicants de décembre, je reçois sur le site Angèle Casanova. Nous avons décidé d’échanger des textes autour d’un thème hélas d’actualité (penser à autre chose, penser à autre chose, penser…) : la peur, la terreur face au désir -de vivre, d’aimer, d’être libre. Place à ses mots…

 

Le raisin, par Angèle Casanova

elle est couchée
toute habillée
sur le lit blanc
une de ses mains tient la télécommande
l’autre vibre sous les notifications
elle regarde l’écran

la lumière ourle le rideau en plastique

derrière le mur de la chambre
elle entend quelqu’un
bouger

les sirènes hurlent dans la rue

la nuit d’avant
des hommes en bas
noirs dans la nuit
hurlaient aussi
de joie
à travers ses larmes

depuis elle n’a pas cessé de pleurer
toute l’eau de son corps est partie en sillons
sur ses joues
elle a la bouche pâteuse
le ventre douloureux
elle n’a envie de rien
que de pleurer
dans ce lit d’hôtel
en regardant la télé

elle est sortie ce matin
acheter du raisin
des grains gros et rosés

elle est revenue en courant
une alerte porte de Bagnolet
et elle est
porte de Bagnolet

elle n’a pas touché au raisin
elle s’est effondrée
sur ce lit
inerte
et a regardé l’écran jusqu’à
ce que la nuit tombe

au crépuscule elle se lève
et va récupérer le sac de raisin sur l’armoire
dans la salle de bain elle ouvre le robinet
détache quelques grains qu’elle passe sous l’eau
et fait tomber un à un dans le verre en plastique

quand il est plein
elle retourne s’allonger
et prend le temps de choisir
le plus beau fruit

elle le porte à ses lèvres
le met sur sa langue
il est frais
humide
et elle croque

la peau éclate
le jus dégouline dans sa gorge
l’inonde de sucre et d’eau

elle sent son corps revivre

elle ouvre les yeux et soulève un coin du rideau

Angle Casanova : présentation

Je suis née en 1976 près de Bordeaux. Je suis l’auteur du web-livre gadins et bouts de ficelles, initié en 2006. Participant depuis 2012 aux Vases communicants (dispositif que j’ai administré en 2014-2015), j’ai publié des nouvelles et des poèmes dans des revues papier (Journal de mes paysages) et numériques (L’Ampoule, Le Capital des Mots, Ce qui reste, lorem_ipsum, Paysages écrits, Remue.net, La Revue des Ressources, Zinzoline), ainsi que des lectures sur la webradio littéraire d’Œuvres ouvertes. J’ai participé au premier recueil de nouvelles des Editions Bancal, Illusion(s), qui vient de paraître. Sous un autre nom, je suis bibliothécaire.

Mon poème sur son site : gadins et bouts de ficelles

Autour des Vases communicants :

Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. Le blog Le rendez-vous des Vases Communicants centralise la liste des échanges.

Leave a Comment

#VasesCommunicants : Zakane invité du site

Il y a bien longtemps que je n’avais participé aux Vases Communicants, une initiative originale sur le web littéraire, initiée par François Bon et désormais tenu par . Chaque premier vendredi du mois, Vases communicants propose à deux écrivains disposant d’un site web de publier chez l’autre un texte inédit, sur un thème libre ou commun. Nous reprenons donc l’aventure avec, comme premier invité, Zakane. Thème commun retenu : l’inconnu.

Méconnu l’inconnu

si l’inconnu est là
reconnu du regard
qu’autrement connaître
alors
avec nos autres sens

que je connaisse ou pas
ce que c’est que connaître
ce que je connais sais
ce que je ne connais pas

c’est ainsi que rencontrer
ce n’est pas contrer l’autre
et si c’est contre l’autre
que nous nous rencontrons
nous connaîtrons alors
naître l’inconnu
comme nous naissons à l’autre

il y a tant et si peu
qui se dévoile à nous
que nous sommes surpris
de ne point nous connaître

l’inconnu n’est que brume
où nous aimons aller
et ne pas tout connaître
est comme une vapeur

si peu que tu me donnes
c’est le tout de ce peu
ce petit nu voilé
que je peux reconnaître

l’inconnu est nu
de vouloir faire connaître
et l’inconnu est nu
de vouloir se cacher

 

À propos de Zakane

Le 11 juillet 1959, à Nancy,le jour de sa naissance il prend son sac de voyage. Parce que c’était décidé bien avant la petite aube, il sera nomade, vagabond des pieds à la tête et que, d’un pas à l’autre, l’instable sera son guide. Sur sa route, il trouvera des paroles, des cris, des joies, des pleurs et toutes les turpitudes souriantes et malheureuses qui font le poids d’un homme.
Il prend sa vie à bras, à corps, à vue, au nez et à la barbe de la bêtise humaine. De métiers en ouvrages, de masques en plumes folles, il lui faut danser, chanter, prendre une main à témoin de son cœur et prendre musique aussi. Et d’autres mains qui passent.
Il devient poseur de mots, cairns instables, montés sur les plages de son blog et de ses carnets noirs.
Mystérieux, secret, farouche vivant, clown triste, metteur en scène, auteur compositeur et interprète, artisan de paroles, maintenant sédentarisé dans le Sud-Ouest de la France, entre mer et montagne, homme nu répondant à la terre, il a cherché un nom, il se nomme Zakane.

Un recueil paru en édition web, « L’heure heureuse » chez QazaQ
Blog : http://lesmotsdezakane.blogspot.fr/

Vous pouvez lire ma contribution sur le site de Zakane : http://lesmotsdezakane.blogspot.fr/2015/11/les-vases-et-leurs-debordements-1.html

À propos des Vases communicants :

Sur Twitter : @vasescogroupe tenu par . Liste des autres collaborations de novembre et informations : http://lerendezvousdesvasescommunicants.blogspot.fr/

Leave a Comment

Redstone #2 : Pickaxes (Minecraft poetry)

RedstoneL’équipement nécessaire est un outil de fer fait avec trois lingots et deux bâtons de bois. Outil transmis du fond de notre habilité pour décharger les poids. De la pierre. De nos remords. Des rêves abandonnés. On me livre une notice. Elle devrait m’éclairer : « Les veines de minerai de redstone sont situées dans les 16 couches inférieures de la carte. 0.84% des blocs présents sous la couche 14 sont des blocs de minerai de redstone. Ces derniers sont regroupés en filons de 1 à 10 blocs. Il y a en moyenne 25 blocs de minerai de redstone par tronçon. » Je me creuse la tête et je ne suis pas sûr de tirer la bonne pioche.

> Redstone. Une série de poésies en prose autour du jeu vidéo Minecraft et de ses éléments.

Leave a Comment

Redstone #1 (Minecraft poetry)

Redstone (minerai).pngJe brûle de faire fortune. Je ne sais pas comment. Je n’ai plus rien à perdre. Tout s’est déjà dissous jusqu’au bout de l’enfance. J’ai entendu parler d’un minerai de feu. Un qui pourrait conduire et reconstruire ma vie. Je pars à sa recherche. Il s’appellerait Redstone, comme une poudre de sang.

One Comment

Le prosecteur : le générateur de poèmes interactif

Entrez entrez mesdames et messieurs !

Voici le Prosecteur, un générateur de poèmes interactif crée avec mes amis Ghislaine et Thomas Durcudoy de l’excellent STUDIO TOGI. Publié à l’occasion du Printemps des poètes 2010, le voici enfin disponible sur le site pour des expérimentation sans limites. En espérant que vous prendrez autant de plaisir que nous à voir s’animer ces poèmes improbables.

Cliquez ici ou sur l’image pour lancer le prosecteur

 

Leave a Comment

Twittérature : Les lauréats 2011 du premier concours international de Twittérature #Citwi


N° 5 > L’HEBDOMADAIRE DE LA TWITTÉRATURE < 4/08/2011

NuMéRo SPéCiaL RéSuLTaTs Du #CiTWi 2011

Avec un léger retard, inférieur à 140 jours, nous avons l’honneur d’annoncer les résultats définitif du #Citwi, le premier Concours International de Twittérature, tenu du 1er au 28 février 2011 sur Twitter, et organisé sous l’égide de l’Institut de Twittérature Comparée. Trois Grands Prix, 2 Prix spécial du Jury et 30 catégories individuelles pour imposer la Twittérature à la face du monde, qui n’en peut mais. Merci à tous pour vos nombreuses participations et à l’année prochaine pour l’édition 2012 du Citwi, et de nouvelles surprises !

Pour l’Institut de Twittérature comparée : @pierrepaulpleau, @Centquarante et @sbataillon.

 

Gazouillis d’or 2011 décerné à @Moijeu
« Écrire des mots d’oiseau juste à la lisière du lendemain. En un flash de caractères elle s’espérait héroïne, hélas sans en être fixée. »

Gazouillis d’argent 20011 décerné à @Knight_Mer – Philament
« Il se savait suivi par la police, et s’en délectait : c’était une police de caractère. Et du caractère, il en avait à revendre : 140. »

Gazouillis de bronze 2011 décerné à @JodieFausTaire
« J’entends l’éclair sucré de ton regard et j’entrevois la gourmandise cachée dans la chaleur de tes mains. »

Prix spécial du Jury ex aequo
@Atramenta pour sa suite narrative interactive.
@Grainesdetoast pour l’émotion et la détresse des 28 jours de février.

Catégories individuelles :

Catégorie « Meilleur plagiat de Mallarmé ».
Lauréat : @D0lores
Le net est triste hélas ! Et j’ai lu tous les tweets.

Catégorie « Tweet s’étant illustré pour son humour déprimé. »
Lauréat : @msieuryann
Twitter : collection d’instants tanés.

Catégorie « Vision sans compromis de l’univers geek. »
Lauréate : @nathcouz
Dans nos réels d’existence numérique, nos mots en 140 caractères, nos corps fichés en .jpg et nos voix podcastées.

Catégorie « Pari désespéré de l’étreinte pure. »
Lauréate : @souffledame
De toi à moi c’est le pari Obstinément sublime Qui ne cesse d’étreindre.

Catégorie « Ouverture sur la mendicité numérique en musique. »
Lauréate :@neigeatokyo
C’était une mauvaise journée même le cramé n’avait pas fait 100 balles en plus de la musique les gens donnaient car ils avaient pitié.

Catégorie « Neige et perception des mystères. »
Lauréate :@Ceinwynn
Une épaisse ouate blanche recouvre tout. Les chimères de mon existence deviennent les spectres fantomatiques de celle des autres.

Catégorie « Hommage subliminal au tournis de la Valse à mille temps de Jacques Brel. »
Lauréat : @Knight_Mer
Plus rien n’était comme avant. Il faut dire qu’avant, plus rien ne fut comme après. Entre les deux, l’éternité. Une valse à un temps.

Catégorie « Métaphore cosmique et éloge de la relativité restreinte des étreintes. »
Lauréat :@Scriberi
La lumière et l’horizon sont en moi, je suis à la croisée de tous mes chemins. Le fil est ma ligne, la voie dans laquelle je suis.

Catégorie « Palimpseste numérique et mémoire des substrats (Grand prix spécial du Jury). »
Lauréat : @Atramenta
Noir sur gris. Par endroit, le vélin devenait illisible tant l’encre s’était imprégnée. Volonté dans l’écriture, corrosion du temps ?

Catégorie « Hommage à Becherelle, Borges et Blanche Neige confondus. »
Lauréat : @Elninodelacapea
Aux puces, un étrange miroir qui permet de voyager dans le temps quand on s’y regarde. Je l’ai acheté, je l’achèterai, je l’achète.

Catégorie « Techniques d’humour mixtes et tropes de l’impertinence. »
Lauréat : @HugoLemay
Bien qu’obèse et pas très rapide, il excellait. Bref, c’était un gros tas lent.

Catégorie « Grand nonchaloir des voluptés obliques et des assauts répétés contre l’irrémédiable. »
Lauréate : @CelluleT
Vos cheveux sont argiles | J’y ferais bien la sieste | Petite volupté | Rire immobile | Je défie la mort.

Catégorie « Faire corps avec son sujet et vice versa : faire du corps son sujet. »
Lauréat : @AntoineMaine
Pour faire court, il éjacula précocement.

Catégorie : « Médecines naturelles et/ou parodies homéopathiques. »
Lauréat : @machinaecrire
À petite dose, la twittérature rend intelligent.

Catégorie: « Thème de l’enfance inversée : le passé ne compte pas plus que l’avenir, bien au contraire. »
Lauréat : @maximlon
Hier j’ai vu des enfants dont le regard m’a fait basculer dans l’avenir.

Catégorie « Catégorie pastiche de la campagne écologiste : «  Sauvez votre béluga ». »
Lauréat : @nanopoesie
Sauvez des pixels: choisissez la twittérature !

Catégorie « Intime compréhension de la mécanique twittérienne s’arrimant aux thématiques de la littérature du XIXe. »
Lauréat : @robeno59
J’ai pour tweets quelques mots, pour retweets ceux des autres et pour abonnés des amis de l’âme.

Catégorie « Gag existentiel et évidence inéluctable. »
Lauréate : @salopette_14
Je Vis Ma Vie A Fond Car Un Jour Ce Ne Sera Plus PossiBle ;-)

Catégorie « Hommage à le Nez qui voque de Réjean Ducharme. »
Lauréat : @straberi
À force de se faire manger l’haleine sur le dos, on finit par empester le champ d’ail.

Catégorie « Les mots, les chiffres et le calendrier : au centre de Twitter, la circularité du chant. »
Lauréate : @Grainesdetoast
28 moins 14, 14. On y revient toujours : la fin nous ramène au centre des choses. Pas que les chiffres parlent, mais ils fixent tout.

Catégorie « Ponctuation acérée. »
Lauréate : @e_CLO
Aux deux points Avant la virgule Prête-moi ta plume

Catégorie « Premières poésies du premier amour. »
Lauréat : @3wjuan Lucky
Je la connaissais si peu sûre d’elle. Ses gestes étaient fragiles, hésitants. À chacune de ses poses je voyais la beauté, un fragment.

Catégorie « Homonymie et hommage à la musique électronique. »
Lauréat : @PsyckoBaton
La trance est une sorte de danse. Sans méfiance, je m’élance, vers ton corps si dense, et à tes caresses je pense. Je suis en transe.

Catégorie « Butons le clavier « qwerty ». »
Lauréate : @JodieFausTaire
Si j’ai du tempérament, je n’oublie pas que mon clavier a beaucoup de caractères => une femme azerty en vaut deux !

Catégorie « Premières poésies du premier amour. »
Lauréat : @Mimiryudo
Ace avait démasqué le corbeau en analysant les empreintes de l’enveloppe. Bien qu’il nia, le facteur fut arrêté.

Catégorie « Soubresauts d’enfance congelée. »
Lauréat : @Multimot
« Enfant, j’aimais m’allonger dans les forts de neige pour m’engourdir de silence. »

Catégorie « Matrice générative de l’amante et phonétique en expansion. »
Lauréate : @LaurenceFritsch
Menthe/Nymphe figée gelée/Menthe/Amante véhémente/Mante abandonnée/Des dieux/Tu te lamentes…

Catégorie « Pastiche formel du type « Léon a rasé César à Noël », mais raté ou hommage au verlan. »
Lauréat : @MicStD
dranoéL ed icniV écrivait à l’envers.

Catégorie « Potentiel d’évocation du futur et hommage à Nostradamus. »
Lauréat : @LirinaBloom
Nos fictions sont-elles dévorées par les évènements du siècle? Je vous entraîne dans un jeu et il nous mène au coeur des révolutions.

Catégorie « Respirations, chuchotement et murmures. »
Lauréat : @ericdubois
Hier déjà Un mot Un autre Chut! Nous passons La vie tout près Ce sera là-bas Un mot Un autre Qui rempliront l’espace

 

#NeXT

Twittology N°6 paraîtra en septembre 2011 dans une nouvelle formule

(et reprendra un rythme de publication à peu près régulier ;-)
Signalez-nous vos meilleurs tweets @sbataillon sur Twitter

Twittology. L’hebdomadaire de la twittérature. #5 – 4/08/2011
Éditeur : Stéphane Bataillon www.stephanebataillon.com, @sbataillon
Organe de presse indépendant, membre de l’Institut de Twittérature comparée (Bordeaux – Québec)

 

Téléchargez le numéro en PDF

Leave a Comment