Aller au contenu →

Pschittt (first blood)

Notifications. Attention, sans arrêt. Des mille malheurs d’un monde. Bien obligé. D’être concerné. Au premier chef, près de la capsule. On nous agite. Dans tous les sens. Surtout ne plus pouvoir choisir le mouvement du désir. La pulpe, dans la bouteille d’Orangina, ne rêve que d’endocarpe. Résister. Annuler toutes notifications. Retrouver la fréquence. Et se mettre à danser.

B.o.p (Bande originale du poème) : Kavinsky – First Blood

 

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *