Aller au contenu →

Rétrospective 2014

Bonjour à toutes et tous,

Comme chaque année depuis 5 ans, une petite rétrospective des quelques poèmes de ces douze derniers mois qui résonnent encore. Une sélection de douze textes, en mots, sons et images. L’occasion, surtout, de vous souhaiter une très bonne et belle année 2015 qui s’annonce, déjà, passionnante.

 

Janvier : l’arche de Grimm, Hamelin.

Né trois mois avant terme
je ne sais pas les mots
gravés derrière la porte

J’ai bien dû me contraindre
privé de tes caresses
à défier le jour

Et je reviens ici
dans le château en ruines
pour libérer la place

Il suffit de trois notes
au pas lent de la ronde
pour qu’un enchantement

L’aventure recommence

Mais avec mon armée

Car il y avait une fois…

 

Février : Prises #1/10

prises1

Tu t’approches du rebord
pour déceler ce monde

Vaincre ce qui te retient.

 

Photographie de Thomas Louapre / Collectif babel photo >Voir toute la série Prises

Mars :Instapoème #45

I3-05Tenter de percevoir
ce qui a fait ta vie.

Temps mis à part.

>Les instapoèmes, poèmes et proses poétiques sur les photos Instagram de MrFreakz.

Avril : Rossolis

Composition sonore réalisée avec Julien Beau autour d’une drôle de plante carnivore. Miam.

De botanica sonorum / Rossolis – Musique et paysages sonores composés par Julien Beau – Texte et voix de Stéphane Bataillon

Mai : Elles #30 : Axelle

IMG_8416

Approche la vague

presque
se noyer
presque

échapper au malheur
d’une inflexion infime.

Illustration : Robin

Juin : Les hiboux

Me poser la question
de ce que je ferai

De la course
la nuit
dans cette forêt

Quand les cris du hibou au bec ensanglanté
quand le cri des hiboux aux becs ensanglantés
quand ils sont des millions
autour
pour transpercer

Les bijoux, les choux, les joujoux

Je ne connais pas la
Je n’ai jamais connu la

Je t’imagine
seule,
essayer de dormir
recouverte de feuilles

entre la pierre
entre le métal

Pierre feuille ciseaux
pierre feuille

Gagné

Tu peux partir

Sur la pointe des pieds
sur la pointe du sang
couverte par ses cris

Coucou hibou
coucou hibou
coucou coucou coucou

Je ne connais pas la
je ne sais pas comment on fait la

Comment on fond la pierre
avec des bouts de becs

Dans la forêt lointaine
ils m’entendent à genoux

Du haut de mon grand chêne
je réponds au hibou

Coucou hibou
coucou hibou
coucou coucou coucou

COUCOU HIBOU
COUCOU HIBOU
COUCOU COUCOU COUCOU

– Mais, papa, il est mort le hibou.

– Alors, c’est la .

Juillet : Les attentes

imageMArielle

J’attends
J’attends que tu
J’attends que ça
J’attends qu’ils
arrivent
prennent tout
transportent
déposent

Je m’y mettrai
avec toi
avec ça

Et j’attendrai.

Illustration : Marielle Durand

Débord

Je regarde l’arbre de ma fenêtre
l’arbre de ma fenêtre déborde sur ma rue
il est beau, l’arbre de ma fenêtre qui déborde sur ma rue

Demain, je le quitterai
l’arbre de ma fenêtre qui déborde sur ma rue

Je quitterai ma fenêtre

Je quitterai ma rue

Je déposerai les clés
au coeur de son tronc

Pour qu’il déborde la ville
pour qu’il déborde les yeux
de ceux qui regarderont l’arbre de leur fenêtre.

 

Août : Ignorances

Je ne sais pas le nom des fleurs
dont tu me demandes le nom

Je n’ai pas dû le demander
personne n’a dû pouvoir répondre

Je ne sais pas le nom des fleurs
dont tu me demandes le nom

Alors les apprendre avec toi
sur ce chemin bordé de fleurs.

Septembre : Coefficient

Ne pas forcer la ligne
et retirer les peurs
profitant des marées.

Octobre : D’entre nos bras

On se transformera
en tigres et en dragons
en terribles sorcières

On refera le monde
juste avant de leur dire
que c’était pour de faux

D’entre nos bras.

L’invention du poème (19)

Laisser ses mots en jachère. Pour qu’ils reprennent des forces et s’adaptent à la terre qui vient d’être changée. Qu’ils puissent nous étonner par une vitalité dont nous sommes incapables. D’une respiration, d’une rencontre nouvelle, reprendre le chemin de l’infime aventure qui pousse notre épopée.


Retrouvez les rétrospectives précédentes :

Rétrospective 2013
Rétrospéctive 2012
Rétrospective 2011
Rétrospective 2010

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *