Aller au contenu →

Tui Shou

Rien en face pour combattre
cette ondulation lente

Qui inonde la terre
en respectant le temps

Dont on connaît le centre
dont on est revenu
sans rêve de conquête

En suivre juste le mouvement
dérober sa fraîcheur

Qu’elle se retrouve à sec
avant de nous atteindre

Que nous nous endormions
tous les deux épuisés.

Publié dans Poèmes

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *