Aller au contenu →

#VasesCommunicants : Zakane invité du site

Il y a bien longtemps que je n’avais participé aux Vases Communicants, une initiative originale sur le web littéraire, initiée par François Bon et désormais tenu par . Chaque premier vendredi du mois, Vases communicants propose à deux écrivains disposant d’un site web de publier chez l’autre un texte inédit, sur un thème libre ou commun. Nous reprenons donc l’aventure avec, comme premier invité, Zakane. Thème commun retenu : l’inconnu.

Méconnu l’inconnu

si l’inconnu est là
reconnu du regard
qu’autrement connaître
alors
avec nos autres sens

que je connaisse ou pas
ce que c’est que connaître
ce que je connais sais
ce que je ne connais pas

c’est ainsi que rencontrer
ce n’est pas contrer l’autre
et si c’est contre l’autre
que nous nous rencontrons
nous connaîtrons alors
naître l’inconnu
comme nous naissons à l’autre

il y a tant et si peu
qui se dévoile à nous
que nous sommes surpris
de ne point nous connaître

l’inconnu n’est que brume
où nous aimons aller
et ne pas tout connaître
est comme une vapeur

si peu que tu me donnes
c’est le tout de ce peu
ce petit nu voilé
que je peux reconnaître

l’inconnu est nu
de vouloir faire connaître
et l’inconnu est nu
de vouloir se cacher

 

À propos de Zakane

Le 11 juillet 1959, à Nancy,le jour de sa naissance il prend son sac de voyage. Parce que c’était décidé bien avant la petite aube, il sera nomade, vagabond des pieds à la tête et que, d’un pas à l’autre, l’instable sera son guide. Sur sa route, il trouvera des paroles, des cris, des joies, des pleurs et toutes les turpitudes souriantes et malheureuses qui font le poids d’un homme.
Il prend sa vie à bras, à corps, à vue, au nez et à la barbe de la bêtise humaine. De métiers en ouvrages, de masques en plumes folles, il lui faut danser, chanter, prendre une main à témoin de son cœur et prendre musique aussi. Et d’autres mains qui passent.
Il devient poseur de mots, cairns instables, montés sur les plages de son blog et de ses carnets noirs.
Mystérieux, secret, farouche vivant, clown triste, metteur en scène, auteur compositeur et interprète, artisan de paroles, maintenant sédentarisé dans le Sud-Ouest de la France, entre mer et montagne, homme nu répondant à la terre, il a cherché un nom, il se nomme Zakane.

Un recueil paru en édition web, « L’heure heureuse » chez QazaQ
Blog : http://lesmotsdezakane.blogspot.fr/

Vous pouvez lire ma contribution sur le site de Zakane : http://lesmotsdezakane.blogspot.fr/2015/11/les-vases-et-leurs-debordements-1.html

À propos des Vases communicants :

Sur Twitter : @vasescogroupe tenu par . Liste des autres collaborations de novembre et informations : http://lerendezvousdesvasescommunicants.blogspot.fr/

Publié dans Poésie & numérique

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *