Barbares

Le coutelas d’ivoire
Tournoyait dans le vent.
S’plantant dans le cougar
Fit triompher Rahan.
En sautant sur le sol
Heureux comme un enfant,
Il actionna la mine
Et explosa mêchant.

L’Humanité ne s’en remettrait pas.

Pattes à trac

Restant sous sa couche,
L’amanite tue-mouche,
N’avait plus une touche.
D’arachnofamine
Elle faisait grise mine.

– Mais… l’amanite n’est pas une araignée,
C’est un champignon !
– C’était pour la rime.
– Pauvre con !

Saurien

Depuis déjà bien trop longtemps
Il ne mangeait plus de hareng.
Carburait au tout biologique
Le diabétique de la Baltique.

La douche

Je me déssape sans y penser
J’entre et je tourne le robinet
Le choc thermique m’fait reculer
J’pense au soleil de Montagné.

Je prend ma douche,
L’eau m’éclabousse,
Et je commence ma journée.

Je prend ma douche,
L’eau m’éclabousse,
Faut ça pour s’lever du bon pied !

Le savon au parfum d’Anis
Glisse dans un petit interstice
de mes deux pieds encore souillés
Y’a pas d’justice, je dois m’baisser.

Je prend ma douche,
L’eau m’éclabousse,
Et je commence ma journée.

Je prend ma douche,
L’eau m’éclabousse,
Faut ça pour s’lever du bon pied !

Quand soudain une coupure pas douce,
Prive mon cher pommeau de son eau.
Savolinant, je sors en douce
Glisse et m’étale sur le dos.

J’ prendrai plus d’douche,
L’eau m’file la frousse,
Tant pis pour les odeurs de pieds.

J’ prendrai plus d’douche,
L’eau m’file la frousse,
Faut ça pour garder la santé !