Les vagues

Peut-être sommes-nous contraints, pour bien vivre dans ce monde, d’opérer des reflux. Des retraits temporaires face à l’agitation. S´écarter de ce mouvement sans fin que la technique marque, trace et formalise, forçant l’identité. S’absenter quelques temps pour sentir d’autres choses. Pour prendre la mesure et se trouver un lieu.

The Mind Reader

TheMindReader

C’est bon. C’est terminé
On arrache les pages
On charcle les boursouflures pour créer l’interstice

L’enfant seul sous la pluie qui frappe à notre porte
Et qui nous laisse entrer.

Photo : Shawn Mahoney
The Mind Reader – Série Paper Cuts.

Sortie de « Mon comptinier »

Mon comptinier Sortie aujourd’hui en librairies de Mon comptinier – L’anthologie des comptines de notre enfance

Stéphane Bataillon (choix des textes) et Eric Gasté (illustrations) – Editions Tourbillon

Note de l’éditeur :

« Eric Gasté et Stéphane Bataillon proposent ici un très beau comptinier de près de 170 comptines de notre enfance répertoriées sous 9 grandes thématiques : de la tête aux pieds ; turlututu chapeau pointu ; portrait de famille ; bon appétit ; 1,2,3 ; loup, y es-tu ; bonjour, messieurs-dame ; prout prout cadet ; chuuut. Le CD de 50 minutes reprend 37 des plus grandes comptines traditionnelles. Un moment de partage et de complicité entre parents et enfants. »

Préface :

Pour formuler le monde

Une comptine, et c’est toute notre enfance qui resurgit : pomme de rainette et pomme d’api ; 1, 2 , 3 nous irons au bois ; picoti picota, une souris verte… Un texte court et rythmé qui nous renvoie d’un coup au plaisir primitif de jouer avec ces sons que l’on découvrait mots. Un chant. Un chant intime qui fut celui de nos premiers échanges avec la langue.

Légué par les adultes, ce premier patrimoine littéraire est essentiel : éveil aux sons, éveil aux sens, la comptine nous aide à naître au monde et à le formuler. Puis, entre deux sourires, elle se laisse oublier pour mieux nous laisser libre. Dormant dans nos mémoires, elle attend sans mot dire une nouvelle naissance. Pour être transmise, de nouveau. Pour être utile, de nouveau.

Ce Comptinier fait suite à de nombreux prédécesseurs, publiés depuis l’ouvrage pionnier Rimes et jeux de l’enfance de Romain Roland en 1883 et l’invention du terme comptine par le peintre Pierre Roy en 1922. Si toutes les comptines n’y sont pas présentées – tâche quasi impossible, il en existe plusieurs milliers avec les variantes géographiques – il en propose pourtant l’un des choix les plus vastes.

Ce trésor enchanté par les superbes illustrations de mon ami Eric Gasté est organisé à hauteur d’enfant, de la tête aux pieds et du réveil au coucher. Une grande journée de promenade à travers ces paysages où les rencontres, parfois étranges, toujours stimulantes, participent à l’émerveillement de ce qui nous entoure. Les voix et les musiques présentes sur le CD fourniront la bande-son du fabuleux périple.

J’ai choisi chaque comptine en pensant à mon tout jeune fils. Afin de lui transmettre ces mille mots de toujours par un livre d’aujourd’hui. Pour lui faire partager ces bouts d’imaginaires source de poésie. Une source toujours prête, pourvu que l’on s’y penche, à nous revivifier et à relier le monde.

Stéphane Bataillon

Sortie le 5 septembre 2013 – Prix : 15,95 euros

 

 

Les Terres rares (extrait #8)

La lourde cloche sonne

Que tous les occupants
viennent se mettre à table
pour déguster l’agneau

Le feu brûle doucement

Le sable est là
et le galet
et la forêt

La goutte d’eau

Et tous nos juste
nos que, nos on

Tous nos infinitifs

L’Ankou rôde, mais trop tard
car notre vibration
résonne déjà pour toi

Rien ne peut nous atteindre
du silence de la mer.

Les Terres rares - Stéphane Bataillon - éditions Bruno Doucey

Les Terres rares – éditions Bruno Doucey – 96 pages – 13 euros. Commandez-le dès à présent chez votre libraire préféré.
+ d’informations >

 

Sous la coquille #3

Aucune crainte de me perdre
à bâtir cette spirale

Elle m’aboutit.

Construire couche après couche
au plus juste du corps
pour se mouvoir sans peur

et ajuster ma vie.

Se redonner le temps
d’observer chaque chose

Considérer chaque grain
par une révérence

Qu’ils retrouvent leur rang
à la cour des roches.