Road movie

Courir à perdre haleine
dans la ville inconnue

Se retrouver tout seul
dans le mouvement froid

Espérer qu’une musique
viendra à notre rencontre

Pour nous acclimater.

 

Ce que nous devons

Ce que nous devons aux arbres
serait quelque chose
.                                  quelque chose

que rien ne pourrait remplacer
que rien ne pourrait atteindre
que rien ne pourrait éteindre
que rien ne peut

Ce que nous devons aux arbres

.                                  rien

tu ne dois rien
ils      te donnent tout
ils ne te donnent rien
ils ne te demandent rien
ils te demandent mais
tu n’entends rien

Alors qu’il faudrait
.                                 tout
leur livrer.

« Écouter Paris » sur RFI du 24/11/2013

logoRFIDimanche 24 novembre 2013, j’étais l’invité de l’émission « Écouter Paris » de Monica Fantini. Un beau concept que cette émission qui raconte, en sons, en mots et en moins de trois minutes, la capitale intime d’artistes et d’écrivains. Je ne peux que vous conseiller d’aller laisser traîner dès à présent vos oreilles sur le site : http://www.rfi.fr/emission/ecouter-paris.

« Remplir une valise de sons de votre ville, avez-vous déjà songé à cela ? Faire surgir les sons qui ont bercé votre enfance, l’avez-vous déjà imaginé ? A Paris, depuis le jardin du Luxembourg, le poète Stéphane Bataillon nous envoie sa « valise sonore ». » Monica Fantini

Écoutez l’émission :

Tir

Pour Armand Gatti

Il m’a dit
– Porte-toi bien

Puis il s’est envolé
avec mon message

J’ai balayé
jusqu’à la nuit.

 

Lecture des textes de Jean-Pierre Luminet le 23 novembre 2013

image J’aurai le plaisir de lire les textes du tout nouveau recueil du poète et astrophysicien Jean-Pierre Luminet, au 18e Festival international de poésie en Rhônes-Alpes le samedi 23 novembre à 16h45.

« La Nature des choses et autres univers »

LIEU : L’HEURE BLEUE, SAINT-MARTIN-D’HÈRES

16 h 45 – 17 h 15 / Entrée libre
Lectures de textes de Jean-Pierre Luminet
en présence de l’auteur.
Présentation, en avant-première, du texte de Jean-Pierre Luminet, « Un trou énorme dans le ciel » (Éd. Bruno Doucey) ainsi que du recueil « La Nature des choses » (Éd. Le Cherche midi, 2012). Lecture par Stéphane Bataillon, poète.

Site et programme complet : http://www.maisondelapoesierhonealpes.com/

 

Design du poème (16)

Elle est ici, cette vie pleine et entière. Cette modalité qu’on espère obtenir, malgré tous nos bonheurs. Dans les notes, dans les chants, dans ces mots déposés. Et qui prennent cette vie, captée dans un miroir. Un qui nous la rendrait, avec d’autres reflets.

Ce geste est un désir dont nous seuls sommes capables.

 

Design du poème (14)

Quel geste faire ? Lequel recommencer au cours des échéances afin d’améliorer ce que l’on marque au monde ?

La poésie est le faire. Elle aussi risque, met le corps en jeu. Elle est acte tangible.

La poésie, c’est cet usage des mots sortis des flux et de l’utile. C’est cette révélation qui nous porte au-delà dès la première rencontre.

Le signe d’une étincelle qui brûlerait toujours.

Final chapter

Nous avons conservé
juste assez de vitesse
de rage et de violence
pour passer le témoin  

Avec la nostalgie
de ton manteau de neige.

B.o.p (Bande originale du poème) : Eminem – The Marshall Matters LP2 –  Bad guy (2013)