Visit Homepage
Skip to content →

Mois : janvier 2017

Le nouveau Bayam est lancé

C’est avec une joie non dissimulée que je vous annonce, après un an et demi de travail acharné, le lancement du nouveau Bayam ! C’est la première plateforme de contenus multisupports qui évolue au rythme des enfants de 3 à 11 ans. Avec, notamment, une première messagerie simple et sécurisée. Éditée par le groupe Bayard, plein de nouveaux contenus inédits à découvrir chaque semaine : des documentaires interactifs, des ateliers, des jeux et des vidéos comme le yoga des enfants de Pomme d’Api, 1 jour 1 pourquoi, les superdevinettes de Youpi ou les métiers de Sacha. Une belle aventure commence. Pour celles et ceux que ça intéresse, profitez d’un mois gratuit pour tester ça tranquillement : https://bayam.tv/fr/

Laisser un commentaire

Particules fines

Pas seulement ralentir. Reprendre, d’une respiration, la marche à notre rythme. Suspendre et persister pour bien choisir les herbes. Saluer les insectes d’une infime révérence. Sorti du peloton, n’y voir plus qu’une masse soulevant la poussière. Ressentir l’oxygène jusqu’au bout des talons.

Laisser un commentaire

Αποκάλυψις

« Cette nuit, j’ai fait un rêve, dit le petit garçon. J’ai rêvé d’un cerceau qui redevenait ligne. Je me suis retourné à son extrémité pour trouver l’équilibre. Alors, je me suis mis à marcher sur les mains. Les panneaux indicateurs se sont mis à danser. Les mots prenaient plaisir à m’indiquer la route. J’ai refait le chemin, dans la même direction. Mon cœur s’est mis à battre pour me laisser entrer. »

Laisser un commentaire

Raconter

« Du temps où les bêtes parlaient… » « Il y a de cela cent mille ans ou plus… ». Le conte nous transporte dans un monde d’avant le monde. Un monde d’anciens symboles et d’archétypes polis, lentement apprivoisés pour amorcer le temps de nos prochains désirs. Le conte parle d’un monde de l’éternel instant, chargé d’une énergie qui déborde la geste et brouille l’aventure afin qu’elle nous submerge et que nous la domptions. Dès la première ligne, dès le premier mot, il nous transporte à notre cœur.

Portant l’étrange haillon d’une forme trop populaire, le conte nous rend libre. Libre d’être pleinement nous-même. Il nous laisse seul. Rassuré. Capable sans autre effort, et sans retour de grâce, de rejoindre notre rêve.

Un commentaire

LANGUE: