Ikigai : un mot pour trouver sa raison d’être

Comment trouver notre raison d’être, comment cerner au plus profond ce qui nous donne de la joie, nous met en mouvement, nous fait nous sentir vivant ?

Depuis quelques mois, un nouveau concept apparaît sur le marché très lucratif du bien-être et du développement personnel, à côté du Lagom ou du Hygge : l’ikigai. Son origine japonaise m’a intrigué.

Au jeu de go, lorsqu’un groupe de pions (les pierres) a encore la possibilité renverser le jeu, disposant d’espace libres à investir, de libertés, sans être capturé par l’adversaire on dit qu’il est vivant (Iki – 生き).

Au Japon, le terme, ikigai (生き甲斐) désigne la raison d’être. Ce qui nous fait « nous lever le matin », ce qui nous motive profondément. Chacun disposant du sien, qui s’exprime et peut se définir par l’intersection des réponses à quatre questions fondamentales :

  • Qu’est ce que l’on adore faire ? (la passion)
  • Quelles sont nos qualités, nos talents reconnus ? (la vocation)
  • Quel est notre travail, ce pour quoi nous sommes rémunérés ? (la profession)
  • De quoi le monde a t-il besoin ? (la mission)

À l’intersection de ces quatre réponses, se situe pour chacun sa raison d’être, cet ikigai qui constitue le lien dynamique de notre existence et transcende la séparation entre vie active et retraite. L’ikigai en tant que chemin de vie intime et poétique, permet de saisir son rythme, sa place, son mouvement propre par des gestes qui nous sont proches : la marche, l’écriture, la méditation, le travail de la matière… toutes ces actions qui nous rendent heureux dans l’instant et que l’on réalise avec le plus grand soin.

L’ikigai n’est pas un terme désignant une sorte de bonheur figé, un but à atteindre, une transformation miraculeuse à accomplir. Il ne s’agit pas de « tout changer » pour être heureux, mais juste de prendre conscience et de formuler ce qui nous provoque de la joie, pour l’accorder au monde, au autres, aux contraintes de nos vies, afin de goûter en conscience l’intensité des moments.

À voir à propos de ce concept, la conférence TED de Dan Buettner :

Une réaction au sujet de « Ikigai : un mot pour trouver sa raison d’être »

  1. Que répondre à la question « que fais-tu ? » la première question, systématique, d’une rencontre.
    La profession, la passion, le talent, la mission ?????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *