Visit Homepage
Aller au contenu →

Stéphane Bataillon / Posts

Combat d’idées

A force de passer d’une bouche à une oreille,

Les milles idées reçues ne s’y entendaient plus.

Buster passait par là lorsqu’une de ces idées vint troubler ses pensées.

Mettant ainsi à mal son idée toute tracée, pourtant originale.

Car face à un cliché, il est dur de lutter.

L’idée infondée allait-elle résister

A sa logique critique habituée à briser
Toute opinion basique sottement relayée ?

Buster senti qu’il allait en baver.

2 Commentaires

Mélodie en sous-soles

La sole dorée mirait son ancien domicile.
Cette famille de raies au troisième sous-sol
était-elle docile ?

Timide elle n’osa pas entrer.
C’était pourtant facile.

3 Commentaires

L’idéprouvette

L’idéprouvette, c’est pas bête !
Ça fait chanter les gluons
Ça remue les molécules
Ça fait valser les globules.

L’idéprouvette, c’est pas bête !
Ça transforme le noir et blanc
En un rouge effervescent
Qui fait swinger les tympans.

L’idéprouvette, c’est pas bête !
Quand les idées font défaut
On y jette quelques mots
On agite de bas en haut
Et hop ! Un nouveau héros.

Un commentaire

Le bonheur et quelques fourmis

La chaleur rendait l’atmosphère de la salle de conférence étouffante.
Depuis plus de cinq heures, les éminents membres de l’AFP (l’Assemblée des Fourmis Philosophes) dissertaient brillamment sur l’idée du bonheur collectif dans le tissu urbain.
A seize heures pile, sous l’œil médusé des experts, un fourmilier d’à peine deux mois vint se placer au centre de la salle.

La conférence s’arrêta net.

Un commentaire

Cult worldwide in the village

« L’auteur culte de toute une génération à l’Ouest du Pecos »

Voilà ce qu’on aurait pu dire de Jack Cassidy s’il avait évité de se prendre l’oeuf d’autruche en pleine poire juste avant que le train ne siffle trois fois.

Un commentaire

Douce tyrannie

En Nazaravie, douce tyrannie,

il était interdit de manger ses crottes de nez

…même après minuit !

Buster senti qu’il était inutile de parlementer.

Un commentaire

Photo Maton

La chambre à peine noire,
deux clichés volages bondirent sur la même planche.
Au contact du réactif, ils se révélèrent vif.

Hélas, l’exposition était trop forte !
Le photographe remis le cache
Condamnant sans appel le tirage malheureux.  

Un commentaire

A bas les cous !

Les quatre girafes révolutionnaires eurent à peine le temps de se prendre les jambes dans leurs cous que, déjà, le gaz lacrymogène inondait la ruelle. À dire vrai, ce matin là, Roger n’avait aucune envie de mourir pour des idées.

Il préféra terminer son café. 

2 Commentaires

Miguelito

Miguelito était un parfait idiot.

Jamais un mot censé, que des gestes déplacés.

Les yeux toujours mi-clos, Miguelito, c’était pas un héros.

Ce fût pourtant lui qui trouva la porte du château.

Buster sentit qu’il l’avait pris d’un peu trop haut.

Il descendit de son vélo.

Un commentaire

Blogin

Un Blog toutes les sept secondes.
Un, deux, trois, quatre, cinq, six…
C’est mon tour !
Le grand jour.
Mais quel discours ?
…Ca attendra bien quelques secondes.

2 Commentaires
STÉPHANE BATAILLON / 2017 / TOUS DROITS RÉSERVÉS.
Site propulsé par Wordpress et composé en Libre Franklin.
Pour la neutralité du net et le respect de notre vie privée, je soutiens l'Aful, l'April et la Quadrature du Net.