Aller au contenu →

Catégorie : The Jazz Standard Project

Une relecture jubilatoire des plus grands standards du jazz à travers les poèmes de Stéphane Bataillon et les collages de Thomas Durcudoy.

The Jazz Standard Project #40 (et fin) : So What (1959)

Et alors quoi ?
Y’a encore quelque chose ?

Tu t’entêtes ?

Les eaux profondes
n’ont pas suffit ?

Mais si la nuit submerge
jusqu’à la note bleue
ce sera
inutile.

( Collage de Thomas Durcudoy - Poème de Stéphane Bataillon )

Écoutez « So What » par Eddie Jefferson :

This is the end but…

Et voilà, c’est (déjà) la fin de notre projet. 40 standards, 40 poèmes et 40 illustrations, réalisées en moins de 3 mois, sur le rythme d’un jazz endiablé. On n’a pas vu le temps passer. Merci à tous ceux qui ont suivi cette aventure et nous ont encouragé, Thomas et moi, à tenir la note. Et comme la musique ne s’arrête jamais, nous leur réservons une très grosse surprise que nous espérons pouvoir vous annoncer dans les toutes prochaines semaines. À très bientôt, donc.

Commentez

The Jazz Standard Project #39 : Lush life (1949)

C’est le moment propice
où plus rien ne rattache

Où l’eau prend possession
de la gorge desséchée

Où l’on ferme les yeux.

(Collage de Thomas Durcudoy - Poème de Stéphane Bataillon)

Écoutez Lush Life par John Coltrane :

Commentez

The Jazz Standard Project #38 : Desafinado (1959)

Quand tu devineras
l’attente d’autres paroles

Reliras-tu ces notes
en continuant de croire
que j’inventais pour toi ?

( Collage de Thomas Durcudoy - Poème de Stéphane Bataillon)

Écoutez « Desafinado » par Coleman Hawkins :

Commentez

The Jazz Standard Project #37 : A Night in Tunisia (1942)

Ça parle et ça s’anime

On ne sait pas très bien
si c’est pour nous

On serait résolu
à déguerpir

Si le secret des femmes
ne nous rendait curieux.

(Collage de Thomas Durcudoy - Poème de Stéphane Bataillon)

Écoutez « A Night in Tunisia » par Lee Morgan :

Commentez

The Jazz Standard Project #33 : You go to my head

Nous étions si pressés
d’anéantir nos peurs

Que nous nous sommes perdus
pour la première fois

Et il aura fallu
attendre de longues heures

Pour que j’écrive sur toi.

(Collage de Thomas Durcudoy - Poème de Stéphane Bataillon)

Écoutez « You go to my head » par Count Basie and Sarah Vaughan  :

Le blog du projet : The Jazz Standard Project

Commentez