UPPLR #3 : Crever l’écran, par Thierry Raboud

L’écran était une toile
Volée à tout voilier
Aux vendanges du songe

Tissée lâche
Défilait
Vent debout

Nous rêvions
À la fenêtre

Thierry Raboud

Il y a de l’inquiétude. Sur ce qui risque de se perdre. Avant/ après l’invasion massive de tous les nouveaux écrans dans nos vies. Il y a un désir. Celui de retrouver, au-delà de ces vitres ne laissant plus passer, une énergie vibrante, sans alimentation électrique. Pour mieux crever l’écran. « Nous avons accompagné de notre enthousiasme les balbutiements du siècle neuf, cru à ses promesses. Mais l’humanité tremble d’une révolution comme elle n’en a plus connue depuis qu’elle a fait tomber ses dieux » écrit le jeune poète suisse, dont c’est le premier recueil, dans la présentation. Ouvrant son court recueil aux poèmes épurés par une citation à la fois belle et désespérée de Cioran : «  Nous avons été dépossédés de tout, même du désert », Thierry Raboud ne se résigne pas : « Je lève / les poings (…) elle est retrouvée / l’éternité. »

Crever l’écran, par Thierry Raboud, ed. Empreintes, 68 p, 12,60 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *