L’échelle de Jean #3

Tracer d’humilité
un pays aquarelle
que nous puissions nager
à hauteurs différentes

S’éclaboussant de joie.

« Prenons la plume de l’enseignement, que ces doctes nous présentent, trempons-la dans l’encre de l’humilité, qui est à la fois sombre et rayonnante. »

Jean Climaque, L’Échelle sainte, premier degré : du renoncement. Trad. Placide Deseille, Ed. du Cerf.

L’échelle de Jean #2

Pour ton voyage
emporte cette lampe

D’une lumière plus douce
elle cloîtrera le feu
afin qu’il ne te brûle

Flamme sur flamme.

 

Quel est donc le moine fidèle et prudent ? Je réponds sans hésiter que c’est celui qui a conservé avec persévérance la ferveur de son entrée en religion, et qui, jusqu’à la fin de sa carrière, n’a cessé d’ajouter flamme sur flamme, ferveur sur ferveur, précautions sur précautions, et désir sur désir. Ô vous donc, qui êtes monté sur ce premier degré, ne regardez pas en arrière.

Saint Jean Climaque, L’échelle sainte 1.46

L’échelle de Jean, une variation poétique autour de L’Échelle sainte de Saint Jean Climaque.
 

L’échelle de Jean #1

Un seul nécessaire :
la force de préserver
tout en haut de l’échelle
l’intelligence du cœur
que tu appelles joie

Désir d’un futur
commencé à l’instant.

 

Après notre série Abbaphonix autour des apophtegmes des Pères du désert, nous poursuivons notre exploration de la spiritualité orientale avec une variation poétique autour de L’Échelle sainte de Saint Jean Climaque. Ermite, puis higoumène du monastère du Sinaï au VIIe siècle, Climaque a rassemblé dans ce texte, organisé en 30 degrés comme les barreaux d’une échelle montant jusqu’au ciel, aphorismes et préceptes de sagesses tirant le meilleur des traditions anciennes autour de chaque grand thème de la vie spirituelle. Un texte qui constitue la charte du monachisme byzantin mais a marqué bien au-delà de son aire d’origine, jusqu’à la France du XVIIe siècle.

Référence : Saint Jean Climaque, L’Échelle sainte, éditions du cerf – Abbaye de Bellefontaine Trad. père Placide Deseille.