Trois choses sur Christophe Tarkos

(Mise à jour du 28/10/2019)

Christophe Tarkos écrit : “La différence entre le poète et le fou : le poète est celui qui arrête le poème. Il a raison. Il écrit, il pense, car il est important de penser, il dit, il performe, il performe sur / nos têtes / la poésie / le mot, à plat.” Alors trois choses pour découvrir. Lui, sa poésie, (ré)éditée aux éditions P.O.L (Écrits poétiques, 2008, et L’enregistré, 2014, les deux premiers tomes de ses oeuvres), à consulter également, le numéro 30 des cahier critique de poésie – CCP (2015) et enfin, vient de sortir une anthologie de poche indispensable : Le Petit Bidon et autres textes (p.o.l, 2019). Bon, alors chut, ça commence.

1/ Son texte le plus célèbre : Je gonfle

  • Je gonfle
    Christophe Tarkos Je gongfle – J’ai un problème voilà – Tambour & Tambola soirée Hiatus Caen 7 mai 1998 FRAC Basse-Normandie présenté par Joël Hubaut extrait du DVD contenu dans L’Enregistré (performances, improvisations, lectures) de Christophe Tarkos, publié aux éditions P.O.L

2/ Deux émissions de radio :

  • Avec Tarkos dans le titre
    (France Culture- Atelier de création radiophonique – 59 minutes – 2007 de David Christoffel et Christine Diger.

Christophe Tarkos a dit qu’il fabriquait des poèmes. Alors, nous nous demandons ce qu’il y a à faire avec ses poèmes. Ensuite, nous écoutons ce qu’en disent mesdames et messieurs, nous répondons ce que les enfants viennent à expliquer / nous cherchons comment faire / «un truc expérimental, une expérimentation, …

Ce sera donc Pour Christophe Tarkos aujourd’hui. Comète armée déboulée sur la scène poétique française au début des années 90, disparu en 2004 à l’âge de 41 ans. Sans doute LE poète de sa génération. Celui, écrit Nathalie Quintane, dont le verbe fait comme « un coup de feu », celui écrit Jean-Michel Espitallier qui aura “mis des bâtons dans les roues de la poésie et fourni une puissante et toute neuve courroie d’entrainement”. Celui dont on a fait mythe ou héros ou martyr, ce qui sans doute l’aurait fait rire. Tarkos du Petit Bidon, du Bonhomme de merde, de Pan, de l’Argent, Tarkos donc, écrit, lu, parlé, Tarkos en poche, puisque parait chez POL Le Petit bidon et autres textes, anthologie nécessaire pour, rappelle Nathalie Quintane dans sa préface, nous le lisions. (…)

3/ Un film

Film de Katalin Molnar et David Christoffel en hommage à Christophe Tarkos, diffusé la première fois au Centre Pompidou, le 7 novembre 2009.