Les Terres rares dès aujourd’hui en librairie

Les Terres rares - Stéphane Bataillon - éditions Bruno DouceyLes Terres rares, mon second recueil, sort aujourd’hui en librairie. De nouvelles paroles qui ne savent pas encore si elles arriveront à se faire entendre, à toucher, à provoquer d’autres paroles. Jusqu’à vous.
Où nos ombres s’épousent envisageait la perte. Celle de l’être aimé. Et puis la vie d’après. L’amour de la vie, défiant cette absence. Comme une dernière caresse contre la fin du corps. Les témoignages reçus, les lectures rapportées, les silences échangés, ont justifié la peine.
Ce second recueil, en exacte symétrie, prolonge le récit avec une vie nouvelle. Avec sa gestation, avec son étincelle. Avec cette joie sans fin de devenir parents. Et de pouvoir transmettre malgré les inquiétudes. Il est plus difficile. Car c’est plus difficile de dire qu’on est heureux. De trouver les mots justes. Ceux qui n’excluront pas et pourraient relier. Que le poème reste partage. Ai-je réussi ? Il vous appartient.

 

Les Terres rares – éditions Bruno Doucey – 96 pages – 13 euros. Parution le 18 avril 2013.
Durant les prochains jours, vous pourrez en lire, ici même, quelques extraits. La page dédiée du site vous en dira plus.

Commandez-le dès à présent chez votre libraire préféré ou sur placedeslibraires.comAmazon ou Fnac.com,

 

Parution d’un poème inédit dans “Enfances”, l’anthologie officielle du Printemps des poètes 2012

Un petit mot pour vous annoncer la parution d’un poème inédit dans la très belle anthologie officielle du Printemps des poètes 2012 : Enfances, regards de poètes, aux éditions Bruno Doucey. Une anthologie établie par Christian Poslaniec et Bruno Doucey, avec la participation active d’Alexis Bernaut. Parution le 8 mars 2012.

Le mot de l’éditeur :

L’enfance… Tous les poètes de ce livre y ont eu droit. Certains d’entre eux ont été soulagés d’en sortir ; d’autres en conserveront toujours la nostalgie ; aucun d’eux n’aspire à y retourner. Finalement, que fait l’adulte lorsqu’il évoque l’enfance ? Il se souvient. Autrement dit, il s’absente un instant du présent pour retrouver un passé qui ne passe pas, projette sur un écran imaginaire des images d’autrefois. Dans cette anthologie, 90 poètes contemporains revivent à leur manière le film d’une enfance. Du flash-back, qui permet d’opérer un retour en arrière au contre-champ rendu possible quand un adulte interpelle l’enfance, de cette contre-plongée connotant le désir de grandir au fondu enchaîné par lequel les époques se télescopent, tous les textes de ce livre démontrent que l’écriture garde mémoire du rapport premier, libre et créatif, à la langue. Comme si l’enfance était toujours plus ou moins l’arrière-plan de l’écriture.