Énoncé

Un poème
que l’on remue en soi
qui malaxe le jour

Qui refuse la langue
jusqu’à l’avènement
d’une fausse victoire.