Été 1986

L’odeur des épines
démarque l’horizon

On court, encore mouillé
au contact du sable
qui brûle chaque pas

On ne sait pas si l’ombre.