Principe captif #1 : Captologie

Te retenir
juste une seconde de plus
parce que tu comprends,

je ne sais pas
je ne sais pas comment
pas comment te dire
que…

 

Captologie (ou « persuasive technologies »). Discipline scientifique nouvelle qui étudie les dispositifs numériques mis en œuvre pour nous influencer à partir des 150 biais cognitifs identifiés par la psychologie cognitive. Le terme est créé en 1996 par le chercheur B.J. Fogg de l’université de Stanford. Celui-ci a publié en 2003 Persuasive Technology: Using Computers to Change What We Think and Do.

Principe captif se propose de présenter en poésie les règles permettant de capter notre attention, utilisées par les acteurs du numérique . Elle est publiée à la suite de la série Principes du design qui explorait les règles classiques du design objet et de l’innovation.

Le privacy design : de nouveaux signes pour l’usage responsable des technologies

Quelque chose émerge dans le design des produits basés sur les technologies libres qui mettent en avant le respect de la vie privée (privacy) et la réappropriation des données par ses utilisateurs. Après des années où le design graphique ne semblait pas compter (voir, avant Ubuntu, la présentation des systèmes linux), une nouvelle catégorie d’utilisateurs “post-snowden”, prenant conscience de l’importance de leurs choix technologiques mais également sensible au style et au design de leurs objets de consommation, prête attention à la présentation de ces outils.

Une nouvelle tendance de design destiné au grand public éclairé que l’on pourrait appeler le “Privacy design” et qui serait la transcription visible du “Privacy by design”, concept qui implique la prise en compte de la protection des données personnelle dès la conception d’une offre.

Site de la messagerie sécurisée Protonmail

Ce Privacy design est régi par un ensemble de codes, encore en définition, qui transmettent non seulement l’idée de fiabilité mais aussi celle de simplicité et de plaisir dans l’utilisation de ces solutions donnant la liberté de contrôle de ses données (promotion, archivage, transfert, suppression).

Le smartphone Librem5 de Purism (www.puri.sm)
Le téléphone minimaliste MP02 du suisse Punkt. (https://www.punkt.ch)

Pour l’instant, les solutions existantes sont autant du hardware (smartphones et portables) ou des applications (moteur de recherche, VPN, système d’exploitation…). Elles tendent toutes vers un design minimaliste, avec un noir dominant souvent accompagné de violet (couleur symbolique du secret, de l’intériorité) et des polices de caractère sobres et discrètes, plutôt sans serif.

Moteur de recherche Startpage (www.startpage.com)

Plus que l’éthique d’utilisation des données, ce privacy design peut aussi transmettre une éthique de l’usage des matières premières, allant souvent de pair avec un engagement contre l’obsolescence programmée. C’est le cas, par exemple, des ordinateurs portables proposés par le suisse Why!, équivalent du Fairphone dans le monde des smartphones.

Les portables Why! contre l’obsolescence programmée.

Les organisations et associations militant sur ces thématiques, comme le parti pirate, adoptent aussi ces mêmes codes graphiques.

Un ensemble de codes graphiques à suivre, qui devraient logiquement devenir de plus en plus présents dans notre quotidien.