Aller au contenu →

Les besoins

Parler du bout des lèvres, évoquer dans un souffle et souligner à peine ces lettres imprononçables : YHWH. Volonté et puissance d’une parole silencieuse, pour traverser le vide. Sans d’autre intention que le mouvement du monde. Pour que les signes persistent face à toutes les tristesses. Mais peut être ces signes sont-ils déjà de trop.

 

Publié dans Poèmes

Un commentaire

  1. de trop ? non, il arrive qu’un autre humain les recueille et fasse signe à son tour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *