Altayur, épopée fantastique #14

« Devinez, devinez, quelque chose de profond, l’ombre est au- dessous, qu’est-ce que c’est ? »

Devinette Touarègue

 

Shâât
le nom du père

le seul
sur lequel ils tombaient d’accord

Roi disparu
père absent -trop de conquête et trop de sang, trop de terres à laver, honneur d’un peuple à défendre / territoire à élargir / justifications
à inventer

Roi disparu
mais père attristé, autrefois
de voir grandir
à côté de ses cinq fils
cette détestation
les uns pour les autres

Créer un semblant de concorde
cela avait été
sa seule grande impuissance

Même la tendresse de la reine
n’avait pu empêcher
l’envie
la jalousie
la compétition constante entre eux
pour maîtriser chaque sortilège
chaque philtre
chaque mouvement agissant sur la nature du monde

Jusqu’à ce jour où le plus jeune
le plus choyé par eux deux
la plus haï par eux quatre

avait été sacrifié
lors d’un jeu d’enfant

sans qu’aucun d’eux n’ignore
l’excitation extrême
d’un bandeau sur les yeux
juste à côté du puits

sans qu’aucun d’eux n’imagine
la douleur provoquée

perte des eaux
autre perte
dans les eaux

Alors, le roi, avait prononcé ces paroles
confiées par le vieux magicien
pour éviter, à tout jamais, qu’ils ne recommencent

Il avait lié le sort de ses fils
à un bout de métal
à une puissance
au-delà des puissances
qui les servirait
tant qu’ils resteraient ensemble

Qui les anéantirait
Noir, blanc, rouge et vert
d’un éclair

S’ils venaient à poursuivre
le bout de leur folie

Ils savaient
ils avançaient
ils partageaient
tant bien que mal

Mais même le feu de leurs dragons
n’apaisait pas la haine
entre leurs regards frères
qui plongeaient jusqu’au sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *