Aller au contenu →

Effrayer le bourgeois

C’EST POUR ÇA. C’EST PARCE QU’ON NE SAIT PAS DESSINER. À PART DES RONDS ET DES CARRÉS. JUSTEMENT. ET QU’ON AIMERAIT QUE ÇA TOUCHE COMME UN DESSIN. UN DESSIN D’HUMOUR, D’IDÉE. ALORS C’EST COURT, C’EST VIF, C’EST POTACHE, C’EST SHADOK, C’EST DE LA POÉSIE MAIS DANS TON CUL/BOUCHE. AH OUI, ÇA ON NE S’Y ATTENDAIT PAS. C’EST PAS COMME DANS UN DESSIN. UN DESSIN COMME ÇA SERAIT PORNOGRAPHIQUE. LÀ, NON. C’EST DISCRET, ÇA NE CHOQUE PERSONNE DU MOMENT QUE PERSONNE NE LIT. CES DEUX MOTS LÀ, ENSEMBLE, ÇA POURRAIT ÊTRE LE TITRE D’UNE PIÈCE DE THÉÂTRE, DE L’EXPOSITION D’UN JEUNE COLLECTIF QUI VEUT CASSER TOUT CASSER. ÇA POURRAIT ÊTRE UNE POÉSIE. AVEC UN SIGNE DE CUL, DE BOUCHE, QUI DIRAIT « OH OUI ! ». OU RIEN. OU SANS CONSÉQUENCES. SAUF SI ON MET LE TRUC EN GRAS. UN TRUC POUR LA POLÉMIQUE. UN TRUC POUR TWITTER. « OH, IL A ÉCRIT ÇA, OUI ! ». POUR QUE ÇA PÈTE. MAIS ON EST AU-DESSUS DE ÇA. ON EST PROFOND. ON EST POLI. POLI COMME LA POÉSIE D’AUJOURD’HUI. POLI C’EST.

Publié dans Poésie visuelle

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *