Masterclass IEC “écrire, éditer et vendre la poésie en 2020”

Situation générale :

– La fin des écoles et des batailles autour de la langue (formalisme, spatialisme, nouveau lyrisme) > Groupement affinitaire, souvent autour des maisons d’éditions.

– Une ouverture vers les poésies du monde (grâce, notamment à internet), à des formats courts (grâce aux réseaux sociaux comme Instagram).

– De nouvelles voix et une nouvelle génération, entièrement numérique (contrairement à l’ancienne génération, “trou générationnel” dans les années 80-90)

Pour l’éditeur :

– L’édition de poésie, micro-marché (0,5 % du CA de l’édition, moins de 300 ex vendus par volume) mais une multitude d’éditeurs, maillant tout le territoire, encore ouverts aux expérimentations (même chez des “grands” éditeurs comme P.o.l ou Flammarion) > Vitalité.

– Les principaux éditeurs : Gallimard, Bruno Doucey, Flammarion, Cheyne, P.O.L, le Castor Astral

– Une distribution alternative : vente en librairie vs ventes directes (jusqu’à + 50% du CA annuel) sur salons, festival (Étonnants voyageurs à Saint-Malo, Voix vives à Sète) , manifestations (Marché de la poésie à Paris en juin) // avec le marché de la musique.

>> Importance du live, des lectures, des résidences, des ateliers d’écriture.

>> Présence d’un réseau national de “Maisons de la poésie” : Nantes, Rennes, Rhônes-Alpes… Une salle parisienne, fondée par Pierre Seghers, très active, La maison de la poésie rue Molière. > occasion d’organiser des évènements pros et rémunérés.

>> Importance de pôles créatifs : cipm Marseille, Toulouse (Serge Pey, occitanie)

>> Un moment clé : le Printemps des poètes chaque année en mars avec une thématique : le courage en 2020. Focus médiatique, sortie des grandes anthologies, lectures et manifestations nombreuses.

– Des structures souples (de l’association à l’éditeur avec 1/ 2 salariés maximum)

– Une rentabilité difficile (besoin de diversification vers le roman ou en publiant des romanciers faisant de la poésie pour passer un cap > ex : Jeanne Benameur, Cécile Coulon, Thomas Vinau…). Importance des anthologies.

– Passage en poche : le “Graal” mais peu de réussite à l’exception de poésie/gallimard qui fait son “marché” chez les autres éditeurs >> lourdeur de la distribution et de la logistique par rapport à l’espérance de vente.

– Question de l’objet-livre : un secteur encore trop souvent amateur dans les maquettes et les typographies utilisés, codes vieillots.

Pour les poètes :

– L’importance des revues pour commencer, malgré la fin des grands ancêtres comme Sud ou Action poétique

> Revues papier comme Arpa, Nunc, Contre-allées, BoXon , Décharge , Po&sie, Friches et, de plus en plus sur internet comme Recours au poème.

– Des a valoir symboliques (200 euros) ou inexistants

– La difficulté d’une première publication (le recueil n’est que le début de l’aventure, plus en poésie qu’en fiction // “Tout le monde” écrit des poèmes et se sent légitime > problèmes relationnels nombreux)

– “Pollution” de l’autoédition ou des “faux éditeurs” // nouvelles formes de diffusion légitimes et qualitatives. Comment distinguer entre amateurisme complet, artisanat, professionnel ? Limites plus floues que dans d’autres arts.

– Importance du net et des réseaux sociaux. ( ex : succès de Rupi Kaur instagram puis livres)

>> q° Jusqu’où aller dans la création de son “personnage littéraire” ?

– Expérience perso : retour sur dernier mon dernier recueil, contre la nuit : réflexion sur la thématique, site-compagnon, promotion pensée en amont avec l’éditeur…

– Construction d’une carrière sur le long terme en faisant de gros efforts pour “porter” sa poésie.  (rencontres-dédicaces, lecture/performance, résidences, workshop, atelier d’écriture…)

>> résurgence du spoken world, des vidéo-poèmes : Chaîne Youtube Button Poetry, site de la Poetry Foundation avec magazine, radio et podcasts.

>> q° Jusqu’où aller dans la promotion de son œuvre ? Quelles part éditeur /poète ?

Pour les critiques/ Médiatisation de la poésie

– Peu d’espaces disponibles / Beaucoup de plaintes ;-)

– Importance de la thématique ou de la vie de l’écrivain pour que les médias s’y intéresse.

– Difficulté de la critique en poésie. Importance des revues de fond comme Europe, des cahiers livres (Didier Cahen dans Le Monde, La Croix, Le Figaro)

Mais, un regain d’initiatives :

– ex : Thomas Deslogis sur le Huff post et Libération, Guillaume Lecaplain dans Libération, Nicolas Dutent dans Marianne, expérience La Croix (une page hebdomadaire pour présenter des poèmes, un blog  + une page critique mensuelle.)

– Importance des sites critiques : Poezibao, Sitaudis, Terre à ciel… et un exceptionnel site d’archives qui conserve un patrimoine autrefois très volatil : Ubuweb de Kenneth Goldsmith.