La fausse modestie

Il y a tes sourires
débordant de tristesse
et le jour qui se lève

Il y a tous les cris
dans un de tes regards
à peine retenus

Il y a des lumières
qu’on ose à peine entendre

Et l’écorce des chênes
qui murmure quelque chose

Et puis la certitude

Et la fausse modestie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *