Visit Homepage
Skip to content →

Les ombrelles

Le parquet se détache
les fibres ne tiennent plus

Les interstices au jour
restituent les secrets
qui piquent notre peau

Nous sortons prendre l’air.

B.o.p (Bande originale du poème) : Woodkid – Baltimore’s fireflies

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *