Lisant Jabès

Mon grand-père m’a transmis
Un calme malicieux

Celui de ce pays
Qui fait partie de moi
Sans autre prétention

Celui que le vent mène
Bien au-delà du temps
De l’exil et de l’ombre

Celui que je retrouve
Dans ce profond regard.