Aller au contenu →

Perte du souffle

J’ai perdu un poème. Il parlait des mots. Des mots inutiles. De ceux que l’on retranche pour amoindrir l’espace et que les autres fassent bloc. Comme de la pierre. Un amalgame de pierres, de mots. Pour ne plus avoir peur. Pour que l’armure protège. Tienne bon. Mais avec un peu d’air. Pas entre les lignes, plutôt derrière. Juste avant moi. Un peu de ce même air que celui juste après. Celui que l’on respire en lisant le poème. Que j’ai perdu.

 

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *