Sans masque

Tous, ils se sont levés
pour retrousser leurs manches

Et découper, debout,
dans le tissus des vies
ces étincelles tangibles

Pour rappeler l’estime
à tous ceux d’entre nous
qui avaient oublié
la puissance des mains.

« Nous avons commencé la production (des masques) mardi soir. Nous avons réuni le personnel, en leur disant que nous comprendrions très bien s’ils décidaient de rester chez eux pour s’occuper de leurs proches. Mercredi matin, tout le monde était à l’usine », salue Éric Boël, PDG des Tissages de Charlieu.

À lire dans La Croix : Coronavirus : 130 000 masques par jour dans une usine de la Loire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *