Un soir

La lourde cloche sonne

Que tous les occupants
viennent se mettre à table
pour déguster l’agneau

Le feu brûle doucement
j’ai choisi chaque bûche

Rien ne peut nous atteindre
du silence de la mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *