Aller au contenu →

Une Union des poètes pour défendre et diffuser la poésie

La poésie n’a pas besoin d’être défendue, elle se débrouille très bien toute seule.  À condition d’être lue et entendue. Imaginer de nouvelles propositions pour renforcer sa présence et sa diffusion dans la cité doit être encouragé. Et cela passe, aussi, par une réflexion sur la place de ceux qui la font, par ceux qui la font.

Dans cette perspective, notre ami Paul de Brancion, en compagnie de Brigitte Gyr et de Mathias Lair, fonde aujourd’hui L’Union des poètes. Un rassemblement ouvert, accueillant tout poète déjà publié sans distinction de style ou d’école, pour créer une sorte de syndicat sympathique capable, par exemple, de discuter du statut du poète, dans la lignée d’autres groupes, comme les auteurs et illustrateurs jeunesse qui ont mis au point une charte qui fait aujourd’hui référence dans son domaine.

La réunion inaugurale de l’Union aura lieue demain. Une page Facebook existe déjà. L’état d’esprit ouvert et très positif qui semble prévaloir à sa constitution motive à vous communiquer « l’appel aux poètes » des fondateurs, précisant le contexte et les buts de ce nouveau groupement. Et que vive la poésie !

Appel aux poètes

 Le CNL a failli supprimer sa commission poésie, ce fut évité de justesse grâce à la mobilisation de nombreux poètes ! L’Union des Écrivains, dont nous sommes, va bientôt se dissoudre. Des associations et organismes servant la poésie risquent de disparaitre. Tels sont, parmi d’autres, les déclencheurs qui nous incitent à agir. Depuis une trentaine d’années des médiateurs et éditeurs, souvent poètes eux-mêmes, ont réalisé un véritable travail de promotion de la poésie, mais cela suffit-il ? Non. La poésie reste mise à l’écart, en raison de sa singularité. Il nous semble nécessaire de tirer la sonnette d’alarme et de faire appel à tous les poètes pour qu’ils se rassemblent dans une UNION DES POèTES.

Paul de Brancion, Brigitte Gyr, Mathias Lair

 La poésie est menacée, et de multiples façons :

Par son petit chiffre d’affaire : moins de 0,4% du CA des éditeurs adhérents au SNE ; par sa difficulté à trouver des circuits de distribution et diffusion solides et pérennes ; par sa difficulté à trouver des libraires investis dans sa promotion active auprès du public ; par sa quasi absence dans les medias de référence ; par la remise en cause régulière des soutiens institutionnels ; par une méconnaissance générale de sa forme vivante, aujourd’hui.

Pourtant la poésie est vivante : L’activité éditoriale foisonne, réalisée le plus souvent par des personnes qui ne peuvent en vivre ; les rencontres et manifestations poétiques sont multiples ; les poètes sont nombreux mais leur singularité essentielle les rend naturellement rétifs à toute organisation.

Une seule issue, s’aider soi-même : Les poètes doivent unir leurs voix pour défendre la poésie

Nous vous appelons à vous rassembler dans l’Union des Poètes pour :

  • Promouvoir et défendre la poésie vivante dans toutes ses composantes, sans exclusive.
  • Représenter et prendre la défense des poètes auprès des diverses instances concernées : pouvoirs publics, organisations diverses, médias…
  • Agir pour le soutien de la création poétique et pour le maintien d’une production éditoriale et d’une diffusion indépendantes.
  • Agir pour développer la lecture de la poésie

Nous invitons les poètes à une réunion le 5 décembre de 17 à 19 heures au café Le Bullier, 22, avenue de l’Observatoire, Paris 14, Métro Port Royal

Pour adhérer à l’Union des Poètes (association selon la loi de 1901) :

Cotisation : 20 € à l’ordre de l’Union des Poètes/100 € pour les membres bienfaiteurs

Adresse : 12, rue de l’Héronnière, 44000 NANTES

Courriel : uniondespoetes@yahoo.fr

Publié dans Actualité

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *