Aller au contenu →

You Know

Cette musique. En boucle. Depuis une semaine. Une reprise des Beatles. While my Guitar Gently weeps par The Drowners. Inconnu. 3’06. Toujours la même impression. Se retrouver seul dans sa chambre. À quinze ans. 3-4 heures du matin. Se mettre à la fenêtre. Écouter le silence. Extrême. Conscient du privilège. Concert d’une ville à nos pieds. Et veiller jusqu’au bout à atteindre le jour. Et se sentir capable de conquérir le monde. Le faire. Sentir que seul compte l’instant.

Cette musique. En boucle. Depuis une semaine. Une reprise des Beatles. While my Guitar Gently weeps par The Drowners. Inconnu. 3’06. Toujours la même impression. Se retrouver seul dans sa chambre. À quinze ans. 3-4 heures du matin. Se mettre à la fenêtre. Écouter le silence. Extrême. Conscient du privilège. Concert d’une ville à nos pieds. Et veiller jusqu’au bout à atteindre le jour. Et se sentir capable de conquérir le monde. Le faire. Sentir que seul compte l’instant.

Cette musique. En boucle. Depuis une semaine. Une reprise des Beatles. While my Guitar Gently weeps par The Drowners. Inconnu. 3’06. Toujours la même impression. Se retrouver seul dans sa chambre. À quinze ans. 3-4 heures du matin. Se mettre à la fenêtre. Écouter le silence. Extrême. Conscient du privilège. Concert d’une ville à nos pieds. Et veiller jusqu’au bout à atteindre le jour. Et se sentir capable de conquérir le monde. Le faire. Sentir que seul compte l’instant.

Publié dans Poésie visuelle

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *