Altayur, épopée fantastique #10

Pas besoin de feu

Lorsque les quatre dragons ont surgi de la dune
l’effroi sur les visages
empêchait même les cris

Tout se passa très vite
la course de chacun
pour trouver un refuge

Les premiers cris d’enfants
suivis de voix plus mûres

Les bêtes se posant sur la place du village
et leurs maîtres, portant chacun un habit de couleur
descendant pour frapper
leurs bâtons sur le sable

En signe d’une fin des temps

On dit qu’à chaque ton correspond une note
Le savaient-ils ? Sûrement.

Noir, blanc, rouge et vert
comme dans un jeu de société
où l’on se perd

Les quatre étaient frères
assoiffés de conquêtes
d’exercice d’une puissance
sans ombre de résistance

Quatre frères de sang

Ce jour là, Argün comprit à la seconde
que son enfance
prenait fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *