Ca va faire mal

Soudain, face au précipice, John Mallaugm, zéro émérite, se dit qu’il boirait bien un grand verre de lait chaud.

Une réaction au sujet de « Ca va faire mal »

  1. De l’autre coté du verre
    Ils voyaient un gros nez mou
    Et une paire d’yeux gros comme le plus gros d’entre eux
    Ils voyient des lèvres gigantesques
    Se coller àla paroi
    Comme les tentacules visques d’un monstre des mers
    Ils le voyaient
    (et il n’en savait rien)
    Les poissons exotiques
    De l’aquarium du poète

Commentaires clos.