Délire

Retrouver sans effort
les larmes de l’enfance,
celles qu’on pouvait crier
sans même une parole
et sans avoir raison
pour délirer le monde.

Une réflexion sur « Délire »

  1. Un monde sans enfant ne serait pas vivable tout comme un adulte sans part d’enfance ! Amitiés. Loic

Les commentaires sont fermés.