Aller au contenu →

Un commentaire

  1. Feldmann Romuald

    Merci pour ces poèmes, pour où nos ombres s’épousent, qu’ils durent toujours …

    RF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *