Aller au contenu →

Le récit

La barque n’attend que toi
pour aller rendre compte

Prouver d’une seule nuit
aux voiliers arrogants
qu’elle aussi est capable
de couvrir les tempêtes
et d’enivrer les hommes

Puisqu’il n’y en a
que pour la mer.

Eugène Boudin. Portrieux, bateaux à l’ancre dans le port, 1873.

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *