Aller au contenu →

L’effondrement #11

Pour les gens éveillés, il n’existe qu’un monde, qui est commun, alors que dans le sommeil chacun se détourne vers un monde qui lui est propre. C’est agréable mais… non. Pas le temps. Se bouger bordel ! Je vais le rater. Putain, mais quel con ! Bon, en courant, je peux encore y arriver. Juste reprendre les affaires étalées sur la route. Juste tendre. Le bras. De mon corps. Pourquoi tous ces gens autour de moi ? Ça va, c’est rien, elle a percuté ma vie avec bien plus que ça durant ces dernières nuits. Qu’est-ce que vous faites, là, puisque que je vous dis que ça va ! Pas besoin. Pas besoin d’être comme ça, là, autour de… Mais qu’est ce qu’il fout ? Là. Là-bas. Mon corps ?

effondrement11

> L’effondrement. Feuilleton à partir des Fragments d’Héraclite – Dessin : Saint-Oma

Publié dans L'effondrement

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *