Note sur la poésie #82

Finalement, l’infinitif n’est qu’un autre moyen de dire “je”. Mais un “je” libéré du temps, plus que de l’espace. Un “je” infini, qui se préserverait en se fondant dans cette forme brute, immuable, éternelle. Ce non-conjugué qui rassemble toutes les personnes. Du singulier au pluriel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *