Pardon

Le musicien, dans le métro, joue la Bamba. Chanson honnie depuis l’enfance. Mais que je supporte, ce matin, avec presque du plaisir. Le passage du temps change nos liens. Aux chansons. Aux êtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *