Skip to content →

Pour ceux qui restent

Tu aurais refusé

Que l’ombre s’abatte et nous foudroie
Alors j’écris
Pour ceux qui restent.

*

C’est l’histoire de ce Roi meurtri
Qui coupe la tête à qui mentionne son fils.
C’est l’histoire de cette souffrance
Que seuls les mots peuvent épuiser.

*

Bien sûr, l’asphixie
Bien sûr, le pourquoi
Hurlé sans voix au fond de l’ombre.
Mais quelque chose
Qui nous dit d’attendre.

*

« Nous vaincrons la mort. »
Des mots écrits pour conjurer,
Juste avant ton départ.
Une erreur ?

*

Que transmettre ?
Quel mystère révéler ?
L’apaisement possible.

*

Sentir que c’est ton signe
Pour nous enjoindre à refuser
Que déborde le temps.

*

S’approcher du vide
Pour mieux reprendre pied.

Pour comprendre.

*

La force du temps
La saveur de l’instant.
L’éprouver.

*

Ni tourner la page
Ni changer de route
Poursuivre.

*

Doucement
La peur de l’oubli s’estompe
Pour te faire une place.

*

Alors, nous sommes heureux
De porter ton héritage.
Sur notre joue, un rayon d’automne.

*

Sachant que tu veilles
Nous serons dignes de ton sourire.

Nous allons vivre.

En mémoire de Sarah

Publié le Poèmes