Aller au contenu →

Sous la coquille #3

Aucune crainte de me perdre
à bâtir cette spirale

Elle m’aboutit.

Construire couche après couche
au plus juste du corps
pour se mouvoir sans peur

et ajuster ma vie.

Se redonner le temps
d’observer chaque chose

Considérer chaque grain
par une révérence

Qu’ils retrouvent leur rang
à la cour des roches.

Publié dans Poèmes Sous la coquille

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *